la vie
la vie
 
La Vie :
Nous considérons deux ordres de réflexion sur la vie en ville de nouvelle mesure :
- la ville et ses équipements, en interface actif avec son environnement naturel. Ici les impératifs liés aux équilibres de milieux, l’attention portée aux impacts de la ville sur son site.
Nous retrouvons les impératifs d’économie de moyens et d’échelles, de gestion raisonnée des énergies et des déchets, - les principales caractéristiques « d’une ville écologique ».
- la ville support et décor des activités et projets de l’homme au quotidien, dans son aventure personnelle et dans sa relation aux autres hommes, aux groupes, aux sociétés de son temps.
L’homme dans la ville, quel que soit son niveau d’outillage et d’appareillage, reste un être de chair, de nerfs, d’os et d’humeurs; de sensibilité et d’intelligence. La ville de nouvelle mesure assure les conditions de sa survie, de sa croissance ; de l’expression de ses capacités d’invention et de réflexion, de création.

Les appels à contribution qui seront successivement proposés sur le thème "", vous permettront de présenter observations, critiques et suggestions pour l’invention partagée et progressive d’une ville de nouvelle mesure.


appel à contribution :

La vie en ville de nouvelle mesure
La ville est un lieu où les individus se fixent, se retrouvent et échangent, éléments essentiels de la vie.Dans la société actuelle, l’attirance de la civilisation urbaine n’exclut pas la confrontation avec les maux et les nuisances de la ville. Dans ce contexte, plusieurs problématiques doivent être considérées.

Comment faire en sorte que les ressources naturelles soient mieux préservées ? Il s’agit de respecter les rythmes biologiques fondamentaux : le cycle de l’eau, la qualité de l’alimentation et la préservation des semences, la protection de l’air et de l’environnement. L’exemple des problèmes de pollution dans les grandes villes (New-York, Tokyo,…), les menaces de pénurie d’eau (Mexico, Tokyo ?...), attestent de l’importance essentielle de cette approche environnementale.

L’objectif de développement durable (au sens précis du terme), est bien de satisfaire les besoins d’une population, sans compromettre la satisfaction des besoins des générations qui suivront. Cela concerne tous les aspects de l’écologie : pollutions, réchauffement climatique, etc.)

De premières expériences permettent d’évaluer concrètement la possibilité de corriger ces tendances :
- une première école « zéro énergie » va être construite dans le département du Val de Marne. Cette opération réalisée dans le cadre du « Label Haute Qualité Environnementale » devrait faire date et constituer une référence remarquable. Il s’agira notamment de produire autant d’énergie, si ce n’est plus, que l’école en consommera.
- dans le cadre d’un plan d’économie d’énergie pour les bâtiments et les transports publics, la Métropole de Lille va créer un important quartier HQE, sur un site de 10 000 habitants. Seront également pris en compte les impératifs de la mixité sociale. Aucun quartier de cette importance n’existe par ailleurs en France.

- Etre acteur de sa vie :

L’urbain, dès lors qu’il suscite de nouvelles formes de citoyenneté, permet à l’individu de disposer de possibilité inédites de s’exprimer. L’espace public ne peut être différencié de l’espace d’une démocratie active.

Les citoyens s’établissent dans un monde urbain qu’ils partagent, plus ou moins volontairement. Ils s’inscrivent dans un système de réseaux. Une telle société, qui complète les actions de l’Etat et ses institutions, constitue un espace adéquat pour le développement de ce mode de relations.

Ainsi s’exprime le rôle de la démocratie participative et ses formes inédites de participation des habitants. Diverses villes d’Amérique Latine constituent de bons exemples : Porto Alegre notamment, où le Budget tant en fonctionnement qu’en investissement, est soumis à des comités de quartier tout au long de l’année, avant décision finale de la part des élus. L’Union Européenne contribue à des échanges avec ces villes, dans le cadre de groupes de réflexion. La Ville d’Issy-les-Moulineaux qui applique des règles de démocratie participative, avec l’aide de moyens informatiques, est Pilote de ce partenariat.

Ces pratiques conduisent à de nouvelles solidarités entre concitoyens. Le rôle de l’individu, ainsi défini dans l’espace urbain, se complète par sa propre expérience, tant physique qu’intellectuelle.

On observe (…et regrette) à cet égard, une trop faible incitation à la créativité. Le cerveau fonctionne suivant des processus d’une très grande complexité ; et nous constatons un manque d’enseignement de la créativité, essentielle à sa pleine capacité d’expression. La passivité est de règle dans de trop nombreux domaines.

De ce point de vue, l’éveil de cette fonction créatrice dès la première enfance, est particulièrement important : l’environnement urbain peut jouer ici un rôle essentiel de sensibilisation et de première expérience. Les moyens nécessaire doivent être tenus disponibles : enseignement, initiation aux techniques d’expression ; ou initiatives quotidiennes, le « bus pédestre » par exemple. Signalons une première réalisation en ville nouvelle, à Saint Quentin en Yvelines : 80 enfants d’un quartier « prennent ce bus », avec l’accompagnement de 40 adultes, suivant 5 « lignes » représentant des distances de 300 à 800 mètres. L’opération, engagée à l’initiative des directrices des groupes scolaires, est coordonnée et suivie par l’Agence Locale pour la Maîtrise de l’Energie. Elle permet en effet, pour ce quartier, une économie de 5000 kilomètres « d’équivalent voiture » par an, ce qui correspond à une tonne de CO2.

Jean-Claude Nouël le 2006-07-03

Qu'en pensez-vous ? Si vous souhaitez contribuer à cette réflèxion cliquez ici !
Messages reçus en réponse :
politique par francoise lenfant
Nous sommes allés hier soir écouter Sami Frey qui lisait Epictète, jeune homme charmant parfaitement égocentrique et insensible aux autres pour éviter de ressentir plaisir ou déplaisir. Le genre de mec que tu évites d'inviter chez toi. Cette lecture s'est terminée sur la phrase répétée deux fois pour mieux comprendre "Milos et Atos (mais ce ne doit pas être Atos) peuvent me tuer mais pas me nuire". Tu peux aller dormir maintenant. Certes, ça nous changeait de Ben Hur que nous étions allés voir vendredi soir ... Le stade de France est une belle réalisation, le spectacle de Hossein pas. Mais de cela, on pouvait s'en douter !
 
 
l'espace le temps l'économie la politique panorama
espace temps économie politique panorama
retour à l'accueil
la vie
 
tous droits réservés 2006 - contact